Number One

En remportant son premier titre au Master 1000 de Paris-Bercy, Andy Murray a fait coup double et accède comme prévu à la place de numéro 1 mondial.

andy murray vainqueur master 1000 paris bercy 2016

A chaque victoire, Andy Murray a décidé de planter un nouvel arbre

C’était annoncé et il l’a fait – presque – sans trembler. Au delà de ce premier succès à Paris, Andy Murray vient de rentrer dans le cercle fermé des numéros 1 mondiaux et devient, par la même, le premier britannique à y parvenir. Le suspens était déjà bien consommé dans la mesure où sa courbe de forme avait croisé depuis quelques mois celle de Novak Djokovic. Sa défaite en 1/4 face à Marin Cilic scella définitivement l’issue du tournoi pour permettre à Sir Murray d’aller cueillir le prix qu’il mérite sur cette année. Congrats !

Andy Murray inarrêtable

Sur ses 12 derniers tournois, Andy Murray a joué 11 finales et en a remporté 8 dont 1 titre majeur (Wimbledon), les JO et 3 Master 1000 en prenant en compte Bercy. Ses statistiques ne sont pas sans rappeler celles que l’on a connu avec Djokovic, Federer et Nadal au temps de leur splendeur. Il faut juste se rendre compte de l’ampleur de la tâche à accomplir pour pouvoir accéder au trône alors que le tennis a connu jadis une époque où une simple victoire dans un tournoi majeur suffisait presque. Inconcevable aujourd’hui d’autant qu’il faut être capable de gagner sur toutes les surfaces. La performance d’Andy Murray est d’autant plus incroyable qu’il a passé le plus clair de son temps et de sa carrière à courir derrière les 3 anciens monstres du Big 4 comme nous le rappelons il y a deux semaines. Patience, travail, courage et talent, voici les ingrédients qui composent le nouveau patron du tennis mondial.

Le calcul au départ du dernier Master 1000 était d’ailleurs simplissime : si le britannique repartait de Paris avec l’arbre de Fanti dans les mains, il posait par la même ses fesses sur le trône indépendamment du résultat de Djokovic. Jusqu’au-boutiste, Murray s’est défait au terme d’une finale acharnée sur le score de 6-3 6-7(4) 6-4 de John Isner que l’on avait pas revu à si belle fête depuis des lustres. Entre cet aboutissement qui lui tend et une fin de saison ultra chargée où il n’a cessé de gagner (20 victoires depuis Pékin début octobre), Andy Murray a serré les dents jusqu’au bout et démontré que le mérite revient toujours à ceux qui font les choses bien. Bravo à lui mais l’année n’est pas terminée car la place de numéro 1 se jouera définitivement avec Djokovic dans 15 jours à Londres.

Djokovic, la résurrection du phénix ou le chant du cygne

Invaincu jusqu’alors face à Marin Cilic en 14 confrontation, Novak Djokovic s’est incliné pour la première fois face au croate 6/4 7/6 ou stade des 1/4 de finale en envoyant à nouveaux des signes de faiblesse mentale. Deux doubles fautes à 5-4 alors qu’il sert pour remporter le deuxième set et l’on se rend immédiatement ce qu’il couve depuis un moment. A l’heure on nous en parlons, Novak Djokovic compte 61 victoires cette saison contre 83 l’année dernière. Au mieux (c’est à dire s’il remporte tous ses matchs à Londres au Masters), il arrivera à 66 victoires à la fin de la saison, ce qui représentera à minima 20% de victoires en moins par rapport à l’exercice précédent. A quoi peut-on imputer cette chute qui parait en apparence plus mentale que physique ?  Sa victoire à Roland Garros sans aucun doute. Novak Djokovic est parvenu à atteindre le dernier grand objectif de sa carrière au mois de juin dernier à sa 12e participation et après avoir essuyé 3 revers en finale. Sa défaillance mentale est donc compréhensible d’autant que l’on ne sent pas forcément le même désir que Federer de continuer à jouer jusqu’à 35 ans et plus. L’amour du jeu comme carburant principal, voici un début d’explication concernant le serbe qui a rappelé plusieurs fois au cours de ces dernières semaines qu’il ne prenait plus le même plaisir. Va-t-il consentir à effectuer tous les efforts nécessaire pour garder son dossard de numéro 1 ? Rendez-vous à l’O2 Arena de Londres pour connaitre le dénouement de la saison 2016 !

 

 

A propos

Boulimique de tennis, je suis ce sport depuis désormais une vingtaine d'années. Signe distinctif : un gros coup droit, ça aide toujours ;-)

Publié dans Masters 1000, Masters de Paris-Bercy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives

  • 2017 (4)
  • 2016 (20)
  • 2015 (13)
  • 2014 (30)
  • 2013 (64)
  • 2012 (15)
  • 2011 (6)
  • 2010 (3)