Sésame, ouvre-toi

Fin de la première semaine de tennis en Australie et des surprises à foison : Murray et Djokovic out, Nadal et Federer confirment leur come-back et la paire Monfils-Tsonga in da place. Great.

retour competition Roger Federer open australie-2017

Une MasterClass avec RF coûte deux balles

Difficile de se planter plus que cela. Nous annoncions une énième confrontation en finale entre Murray et Djoko et c’est un tableau ô combien ouvert qui s’offre aux joueurs restants en quête du précieux trophée. Celui qui pouvait imaginer une seule seconde qu’un tel déroulement aurait lieu en Australie est un menteur car tous les voyants semblaient au vert pour les deux meilleurs joueurs du monde. Des tremblements de terre, des vieux sur le retour et des français encore en lice, welcome in Melbourne Park 2017.

 

Ta mère, c’est ton entraîneur

Il faut revenir il y a 10 ans pour voir cela. Cela, c’est Murray et Djokovic absents avant le début de la seconde semaine de compétition dans un tournoi du Grand Chelem. Une autre ère, une autre époque, un autre monde. Tout avait pourtant bien commencé pour Djokovic, vainqueur d’un premier tour piège face au sculptural espagnol Verdasco. Face à la WC Denis Istomin, ouzbek de 30 ans classé 117e, au tennis léché mais au palmarès famélique (1 seul titre ATP en 2015 à Nottingham) et dont l’une des singularités est d’être coaché par sa mère, la question sur la poursuite du tournoi ne s’est même pas posée. Et puis…et puis la caractère irrationnel du sport s’est exprimé à plein tube pour offrir l’une des surprises les plus sensationnelles de l’histoire du tournoi. En mêlant agressivité et patience, il est parvenu tout simplement à dominer le serbe du fond du court pour l’emportant 7-6(8) 5-7 2-6 7-6(5) 6-4 afin de devenir le joueur le plus mal classé à le battre dans un tournoi majeur. Etourdissant.

Dans une famille, le plus fort, c’est toujours le gaucher

Sans coup férir, la double lame vient de couper la tête d’une nouvelle tête de série – et non des moindres – en la personne de Sir Andy Murray, battu en 4 manches 7-5 5-7 6-2 6-4 par un mec qui sort de nul part mais dont le nom de famille est familier en la personne de Mischa Zverev. Mischa, c’est l’histoire du gars plutôt talentueux (top 100 à 20 ans) avec un physique en carton. Une carrière jalonnée de bonnes perfs ici et là mais dont l’issue se termine toujours en eau de boudin. En 2014, il se pose la question de l’intérêt de continuer alors qu’il ne peut plus jouer à cause d’une blessure au poignet. Au même moment, son jeune frère de 10 ans son cadet (Alexander) arrive sur le circuit, fait ses armes et perce. Tout de suite. A ses côtés, l’aîné retrouve du goût et de l’envie pour donner enfin un sens à cette histoire qui n’avait jamais vraiment démarrée. La suite, tout le monde la connait et c’est désormais face à Roger Federer que le serveur-volleyeur allemand va se frotter. Roger Federer ?

Les pépés sont bien là

Une fois de plus, on a bien tapé à côté. Dans nos pronos, nous avions placé Roger Federer dans la fosse commune des outsiders en compagnie de Dimitrov (encore en course), Kyrgios (éjecté au deuxième tour) et Zverev (le droitier). Un vieux parmi les jeunes à qui nous donnions peu de chance de passer la première semaine. Vainqueur de Berdych et de Nishikori en proposant un tennis à la limite du surréalisme, l’ancien numéro 1 mondial va donc jouer pour une place en 1/2 de finale. Sa victoire face au nippon en 5 sets 6-7(4) 6-4 6-1 4-6 6-3 donne de la matière à réflexion : le Suisse est fit et endurant et son tennis n’a peut-être jamais été aussi agressif. La surface très rapide – à la limite de l’indoor – l’avantage forcément un peu mais dieu qu’il est bon de le revoir et surtout à ce niveau. Toujours autour du même thème « on a le nez fin », nous donnions 1% de chance à Rafael Nadal de remporter le tournoi. Vainqueur d’un match vraiment sympa face à Zverev (la grande tige) en 5 manches, le majorquin a lui aussi rassuré tout son monde sur son état mental et physique. Opposé à Gaël Monfils en 8e de finale, on se délecte à l’avance de cette baston qui risque de laisser des traces d’un côté comme de l’autre. On termine ce tour des forces en présence avec Jo W Tsonga qui va jouer son 5e 1/4 de finale en Australie face à Stan Wawrinka. Très solide face à Jack Sock et à la surprise anglaise Daniel Evans, Jo a respecté pour le moment son statut comme nous l’avions pressenti (on se raccroche à ce que l’on peut). Cela sent tout autant l’explication à grand renfort de pains dans la tronche mais le Suisse reste favori sur cette rencontre de puncher.

Cette première semaine en Australie s’est donc montrée extrêmement riche en surprises et rebondissements. Il n’est pas exclu de voir un joueur inédit soulever le trophée dimanche prochain comme il est probable de voir un ancien remporter la mise. Tout est possible et nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour le dénouement final.

 

 

A propos

Boulimique de tennis, je suis ce sport depuis désormais une vingtaine d'années. Signe distinctif : un gros coup droit, ça aide toujours ;-)

Publié dans A la une, Grand Chelem, Open d'Australie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives

  • 2017 (4)
  • 2016 (20)
  • 2015 (13)
  • 2014 (30)
  • 2013 (64)
  • 2012 (15)
  • 2011 (6)
  • 2010 (3)