Retour à Bercy 2013 – suprême de 1/4 de finale

Suite et fin de l’escapade Just Tennis au POPB pour le dernier Masters 1000 de l’année, avec en prime des 1/4 de finale de feu. En tout cas sur le papier.

David Ferrer Paris Bercy 2013

Hip Hop Style

Les 8 meilleurs joueurs – hormis Murray blessé – réunis dans une même journée pour le grand plaisir de tous les spectateurs. Comment ne pas saliver d’avancer devant ces quatre oppositions où tout est possible et qui raisonne comme une explication avec l’heure avant l’affrontement final prévu la semaine plus tard à Londres. Mais avant de traverser la Manche, chacun doit envoyer son signal aux autres afin de démontrer qu’il est encore présent, décidé à en découdre malgré la fatigue et la lassitude liées à cette longue saison. Les étoiles du tennis peuvent enfin entrer sur le ring, nous sommes près.

Donc Federer n’est pas mort

Et ça commence très fort. Les 3 premiers jeux de Wawrinka-Djokovic partent sur des bases que l’on connait bien pour les avoir vues en début d’année en Australie. Échanges joués à 100 à l’heure, frappes de balles qui raisonnent jusqu’au court annexe, le spectacle est de très bonne qualité jusqu’à une erreur « toute bête » suisse. Un passing de revers raté dans l’espoir de rattraper un break (déjà) et le match bascule. Avare au possible, Djokovic ne donne rien et fonce vers une victoire plus aisée qu’on aurait pu l’imaginer (6-1 6-4). SMS du Serbe : la place de numéro 1, j’y crois !

Après cette mise en bouche rapide mais goûteuse, place au premier plat de la résistance avec un appétissant Federer-Del Potro. Entre le suisse à la recherche de sa meilleure forme (et déjà tourné vers 2014 d’après ses dires) et l’argentin aux prises avec quelques pépins physiques, cette rencontre synonyme de revanche après la finale de Bâle jouée la semaine précédente paraissait pour le moins indécise. Le doute se dissipa dans les premiers points avec un Federer jouant tous les points à fond (une raison de plus de croire que si le physique va, tout va) et Del Potro alternant défense et contre-attaque avec son coup droit de cochon. 3 sets de très bon niveau pour une victoire du suisse supporté bruyamment jusqu’au dernier point par le public français. SMS du Suisse : Ich bin ein Pariser !

Un homme convaincu en vaut deux

Place ensuite à « Ze Shock » de la journée en Night Session entre Richard Gasquet et le numéro 1 mondial Rafael Nadal. Devant une salle comble, le Bitterois doit montrer que son niveau de jeu depuis l’US Open peut lui permettre de venir chatouiller le gratin mondial. Toujours à la recherche de sa 1ère victoire face à l’espagnol, Gasquet tente alors une stratégie tournée vers l’offensive, conscient de l’incapacité de renverser le monolithe de marbre dressé devant lui en jouant derrière. Le tout est de le faire à fond, sans calcul. L’impression laissée reste curieuse tant Gasquet ne parait pas convaincu de cette stratégie. Toujours le cul entre deux chaises, hésitant à maintenir un assaut permanent ou jouant simplement contre-nature, le français déjoue au bout de quelques jeux pourtant intéressants. Sans rien faire d’extraordinaire, Rafael Nadal sort vainqueur en deux sets 6/4 6/1 de ce choc qui a fait pchiiii et où les occasions de vibrer ont été faméliques. Quitte à perdre, Gasquet aurait pu profiter de cette opportunité pour trouver de nouvelles pistes de réflexion, lui qui dispose de tout l’arsenal nécessaire pour battre tous les joueurs du monde. Dommage de baisser si rapidement les bras…SMS de l’espagnol : pour la place de numéro 1, va falloir venir me chercher !

Le dernier match opposa enfin le tenant David Ferrer face à Tomas Berdych. Devant un public encore déçu du match précédent et passablement endormi, seule une extraordinaire stimulation avait la chance de raviver cette ambiance de kermesse sous prozac. Pas de bol, nos derniers souvenirs resteront les moins mémorables tant cette rencontre fût à la limite du pénible. Effarant de maladresse, David Ferrer accumule les fautes pendant les premiers jeux sans que son adversaire y soit pour quelque chose. Ce qui déclenche en nous une multitude d’interrogations : sommes-nous trop exigeants ? Glorifions-nous de façon exagérée ces sportifs-stars ? Sommes-nous simplement à côté de la plaque pour cause d’overdose de tennis ? Il y a certainement du vrai dans chacune de ces questions mais il nous paraît normal d’en attendre un peu plus quand on connait le potentiel de ces joueurs. Toujours est-il que le moins mauvais s’en est finalement sorti en 3 sets serrés (4-6 7-5 6-3 pour Ferrer) et c’est dans un calme olympien (et sous la pluie) que nous sommes repartis de Bercy. SMS de l’espagnol : mon titre est encore à moi !

En conclusion, on ne peut bouder notre plaisir d’avoir observé de près tous ces grands champions qui font notre sport. Nous aurions certes préféré raconter cette nouvelle expérience comme nous l’avions prévu initialement à travers l’accréditation que la FFT nous avait accordé mais ce n’est que partie remise. Enfin et comme promis, voici une petite vidéo retraçant quelques points de notre passage à Bercy.

Vidéo sur les journées du jeudi 31 octobre et du 1er novembre 2013

 

A propos

Boulimique de tennis, je suis ce sport depuis désormais une vingtaine d'années. Signe distinctif : un gros coup droit, ça aide toujours ;-)

Publié dans Discussions, Reportages, Vidéos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives

  • 2017 (4)
  • 2016 (20)
  • 2015 (13)
  • 2014 (30)
  • 2013 (64)
  • 2012 (15)
  • 2011 (6)
  • 2010 (3)