Un raté et des interrogations

La France cale en 1/2 finale de la Coupe Davis face à Marin Cilic, irrésistible pendant tout le Week-End. Very Bad Trip

Croatie - France

3

2

B. CORIC

M. CILIC

I. DODIG/M. CILIC

M. CILIC

M. DRAGANJA

6/2 7/6[5] 6/1

6/1 7/6[4] 2/6 6/2

7/6[6] 5/7 7/6[6] 6/3

6/3 6/2 7/5

6/4 6/4

R. GASQUET

L. POUILLE

P-H. HERBERT/N. MAHUT

R. GASQUET

L. POUILLE

defaite france croatie demi-finale coupe davis-2016

Ô rage ! Ô…rage en fait

Une fois n’est pas coutume, on aurait dû se méfier. Jo Tsonga forfait avant le début du stage, c’était prévisible. Gaël Monfils forfait pendant le stage, c’était nauséabond. En perdant coup sur coup deux de ses trois meilleurs joueurs actuels, l’équipe de France s’est retrouvée fortement amoindrie et, comble du sort, s’est faite sortir par un seul homme comme cela avait déjà été le cas l’année dernière face à la Grande Bretagne de Murray. Un bourreau, une multitude de questions en suspens et un rêve une fois de plus ajourné, le bilan est tristounet.

Marin Cilic faut tomber la foudre

Sur le papier, il y avait match. On savait Richard Gasquet encore à court de forme comme on savait tout aussi bien que Borna Coric était dans un état encore plus incertain. La jeune pépite croate de 19 ans portait encore les stigmates de sa blessure au genou l’ayant obligé à abandonner au 1er tour de l’US Open. Hésitant et en manque de confiance sur ses capacités physiques, il n’a représenté aucun danger pour le Biterrois promu leader de l’équipe de France dans un match à sens unique mais assez faiblard en terme de qualité (logique compte tenu de l’état de forme des protagonistes). Le premier tournant fut sans conteste la défaite de Lucas Pouille face à un Marin Cilic en mode « US Open 2014″. Terriblement agressif, le numéro 1 croate a plongé dans le doute le plus total le joueur français – pourtant en super forme – à coup de bombes en coup droit et de missiles au service. Ce n’est qu’au prix d’un énorme effort que Pouille réussit à calmer la tempête pour revenir dans la 2e manche et jouer le tie-break mais la machine croate était déjà calibrée. Surtout, le courage ne suffit pas. Avec intelligence, Cilic se reposa au 3e pour ré-attaquer la dernière manche avec la même intensité qu’au début du match. Bien lui en a pris puisqu’il termina la rencontre comme il l’avait commencée : à fond les ballons.

Herbert et Mahut dépassés

Goran Ivanisevic ne s’était pas trompé. Interrogé pendant le match entre Mahut-Herbert / Dodig-Cilic, il avait annoncé que le vainqueur du double remporterait la demi-finale. L’ancien bombardier croate (et ancien coach de Cilic) n’est toutefois pas devin et ne sait certainement pas lire dans le marc de café car les stats sont éloquentes : 80% des équipes qui remportent le double gagnent la rencontre en Coupe Davis. Le double représente donc le moment où tout se joue, où la rencontre bascule. Poussé par un public plusieurs fois à la limite, les croates sont parvenus à faire pencher la balance de leur côté avec ce « petit quelque chose » symbolisé par un Ivan Dodic en feu à partir du milieu du 3e set. Ce fameux supplément d’âme qui permet de gratter le point qu’il faut au bon moment ou simplement de faire rater l’autre. Avec les 2 tie-break dans leurs escarcelles, il ne pouvait simplement plus rien leur arriver. Herbert et Mahut ont tenté de contenir  la furia croate pour finir par la subir totalement. Une déception certes mais le plus fort l’avait alors emporté.

Marin Cilic faut tomber la foudre bis

L’équation (qui s’est avérée être une soustraction) de dimanche était simple : si Gasquet gagne face à Cilic, on n’imagine pas une seule seconde que Lucas Pouille perde face à n’importe quel autre joueur croate. On pouvait espérer que Cilic puisse piocher physiquement après deux jours intenses et que Gasquet retrouve subitement une bonne dose de confiance. Il n’en a rien été puisque Cilic a continué son entreprise de démolition au grès d’un niveau de jeu qui n’aura finalement pas bougé d’un iota tout au long du Week-end. Il s’est comporté en patron du début jusqu’à la fin et cristallise tout ce qu’il a manqué aux français. Il s’est surtout régalé sur le lift de coup droit inoffensif du français pour aligner les accélérations et prendre le large presque trop facilement. Trop défensif, pas assez entreprenant et un ton en dessous, Gasquet n’avait pas les armes pour endiguer la marche en avant du 11e joueur mondial. La Craotie jouera la seconde finale de son histoire (après son sacre en 2005) face à l’Argentine de Juan Martin Del Potro. Cilic – Del Potro en finale, ça va donner.

L’effet Noah atténué

Les enseignements de la première année de Noah sont multiples. On retiendra

  • une implication à 200%
  • un désir de gagner toujours aussi brûlant
  • une volonté de donner à cette génération au moins un titre important
  • un discours qui passe plutôt bien malgré quelques sorties médiatiques piquantes

mais aussi

  • l’incapacité à sublimer ses joueurs (incapacité propre à tous les capitaines depuis 15 ans car la dernière véritable « perf » reste la victoire de Monfils face à Ferrer en 2010)
  • un règlement pas aussi strict que ce qu’il avait annoncé
  • une génération dont il a finalement du mal à sortir la quintessence
  • une incertitude quant à la durée de sa mission

En conclusion, on emet encore quelques doutes sur l’influence de l’ancien vainqueur de RG mais on est aussi curieux de voir ce que cela pourrait donner s’il pouvait disposer de toutes les forces en vigueur. On souligne d’ailleurs souvent que la France a « un banc » qui lui permet d’être constamment compétitive mais le plus important en Coupe Davis est d’avoir un leader, un mec sur lequel vous pouvez vous reposer pour construire à côté, un mec qui fait la différence. Le chantier de Noah va sans conteste tourner autour de cela…s’il reste.

A propos

Boulimique de tennis, je suis ce sport depuis désormais une vingtaine d'années. Signe distinctif : un gros coup droit, ça aide toujours ;-)

Publié dans Coupe Davis / JO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives

  • 2017 (4)
  • 2016 (20)
  • 2015 (13)
  • 2014 (30)
  • 2013 (64)
  • 2012 (15)
  • 2011 (6)
  • 2010 (3)